Mustapha ADIB
Flagrante Injustice sous le règne de Mohamed VI, roi du Maroc

**************************************************************************************************

Archives
1- Appel à Mohamed VI pour sauver le Maroc d'éventuels événements meurtriers, en datre du 01/02/2011: (en HTML) (en PDF)
2- Appel à l'armée marocaine pour sauvegarder le peuple Marocain d'éventuels événements meurtriers, en datre du 01/02/2011 : (en HTML)  (en PDF)
3- Questionnaire à Mohamed VI résumant les questions que ces "sujets" n'osent pas poser comme les autres citoyens du monde: (en HTML)  (en PDF)
4-Photos des militaires et leurs familles -1-   -2-  -3-   -4-   -5-   -6-   -7-   -8-    (en PDF)

 1-  نداء من النقيب السابق مصطفى أديب إلى الملك محمد السادس  (en PDF)  (en HTML)

2-  نداء من النقيب السابق مصطفى أديب إلى رفاقه في الجيش  (en PDF)    (en HTML) 

3-  أسئلة للملك محمد السادس من النقيب السابق مصطفى أديب (ترجمة مختصرة بالعربية)  (en PDF)    (en HTML)

4-  صور لجنود وأسرهم ضحايا الانتهاكات والمظالم للقوات المسلحة الملكية في المغرب  -1-   -2-  -3-   -4-   -5-   -6-   -7-   -8-    (PDF)


               Video: Des marocains exprimant leur souhait de manifester contre différentes injustices

**************************************************************************************************

Un jour en 2008, j'écrivais déjà :
Le constat est sans appel : les injustices au Maroc sont nombreuses et régulières, systématiques et couvertes d’impunité.

Il ne s’agit plus de "difficultés de se débarrasser des années de plomb de Hassan II", mais du "début des années de plomb propres à Mohamed VI".
Le roi du Maroc, Mohamed VI en l’occurrence, est certes mal entouré comme cela peut arriver aux dictateurs d’autres régimes. Mais au Maroc, le Roi en est l’unique responsable. Unique car c’est lui qui désigne ses collaborateurs, c’est lui qui nome aux différents hauts postes de l’état, et le premier ministre n’est responsable que devant le Roi et non devant le parlement. Aussi, et de façon encore plus qu’incontestable, si le roi lui-même viole les lois, le droit, et même la constitution dont il est supposé être le garant, que feraient donc ses Lieutenants ?
Mon affaire, dite "l’affaire du Capitaine Adib", en est une preuve. C’est une injustice envers moi et envers tous les marocains. Car elle tente à anéantir la lutte contre les vraies causes des problèmes des marocains. Une injustice parmi, désormais, des milliers d’autres. Hélas.

J’ai créé ce site en janvier 2007. Elles y seront mises en ligne toutes les vérités sur mon affaire, par exemple :
- lettres envoyées avant l’éclatement de l’affaire au Roi Mohamed VI, alors Prince Héritier et Coordonnateur des Bureaux et Services des Forces Armées Royales
- les enquêtes déroulées à ERRACHIDIA et leurs vrais buts
- lettres envoyées aux Généraux, Colonels et Colonels Majors
- plaintes déposées au Tribunal Administratif de Rabat,
- les tentatives de l’armée pour m’impliquer dans le fameux trafic
- le détail des interventions, des procès
- la lettre envoyée par l’ONU au gouvernement du Roi Mohamed VI pour me « libérer immédiatement et sans condition » et que le gouvernement de SM n’a pas appliqué
- les rapports d’Amnesty, Transparency, FIDH, OMCT, ASF et autres Organisation de renommée mondiale sur cette flagrante injustice sous le règne du Roi Mohamed VI
- mes difficultés pour trouver un emploi au maroc, notamment avec Maroc Telecom, Meditel et Wana, malgré « mon expérience, mes compétences et mon CV » disaient ils!
- mes difficultés pour avoir mon premier passeport et pour refaire une nouvelle vie.
Je remercie en cette occasion toutes les personnes qui  m’ont soutenu pendant et après ma condamnation arbitraire. Que les avocats, journalistes, personnalités marocaines et étrangères, associations nationales et internationales, partis politiques (mêmes rares étaient ils), députés, ou simples citoyens, veuillent trouver ici mes vifs remerciements pour leur soutien envers mon propre cas, ou envers ceux d’autres personnes désormais en liberté, en détention arbitraire, ou tout simplement ne sont plus parmi nous.

J’invite par ailleurs toute personne intéressée, à m’adresser sa contribution pour sa prise en charge durant la mise en ligne du présent site.

Mustapha Adib
Ex-Capitaine des Forces Royales Air (Armée de l’air au Maroc)
Ex-séquestré à la prison de Salé (Maroc) pendant deux ans et demi, sous le règne de l’actuel Roi du Maroc: Mohamed VI
Texte Rédigé en 2008

 

Après 10 ans d'attente, le Capitaine Adib dépose plainte contre le Maroc .

" J’ai procédé à des démarches pour déposer des plaintes contre le Maroc, et plusieurs personnalités marocaines, civiles et militaires, à tous les échelons de la hiérarchie, devant des juridictions à Paris, Bruxelles, Londres et Madrid. Compétence universelle à l’appui, 10 années d’attente dans la fameuse jungle (comme dit Mr Hachimi Idrissi, un journaliste vendu  du torchon dit "Aujourd'hui le Maroc" et au service de la corruption) je fais appel à ma "naïveté" (NDLR Aujourd’hui Le Maroc, Maroc Hebdo et autres qui s'attaquent à des causes comme les miennes), et j’offre une occasion aux journaux torchons pour crier au complot, à l’irresponsabilité, aux manipulations, etc."

La suite...



Nombre de visites

Dérniere mise à jour:
le 21/02/2011 à 18h30
(Heure Parisienne)

Ce qu'a fait WANA : l’opérateur téléphonique WANA refuse de me donner une attestation corrigée. Cet opérateur avait payé la somme de 546.000,00 euro par an*, pour bénéficier d'une formation que je leur ai donné durant 10 jours.  La suite.

* : Salaire annuel correspondant à la prestation contractée de 10 jours

 

Présentation du site

J'ai crée ce site e en janvier 2007. Elles y seront mises en ligne toutes les vérités sur mon affaire. Par exemple : les lettres envoyées avant l’éclatement de l’affaire au Roi Mohamed VI, alors Prince Héritier et Coordonnateur des Bureaux et Services des Forces Armées Royales, les vrais buts des enquêtes déroulées à Errachidia, lettres envoyées aux Généraux, Colonels et Colonels Majors, plaintes déposées au Tribunal Administratif de Rabat et au Tribunal Permanent des FAR de Rabat, les tentatives de l’armée pour m’impliquer dans le fameux trafic, le détail des interventions et des procès, la lettre envoyée par l’ONU au gouvernement du Roi Mohamed VI considérant ma détention comme "arbitraire", et que le Maroc n’a pas appliqué, les rapports d’Amnesty International, Transparency, FIDH, OMCT, ASF et autres Organisations de renommée mondiale sur cette flagrante injustice sous le règne du Roi Mohamed VI, les difficultés commanditées pour m’empêcher de retrouver un emploi au maroc, notamment avec les opérateurs Telecom : Maroc Telecom, Meditel et Wana, malgré "mon expérience, mes compétences et mon CV" disaient ils! mes difficultés pour avoir mon premier passeport marocain à la Wilaya de Marrakech alors que c'est un droit constitutionnel et pour refaire une nouvelle vie.

En cette occasion, je tiens à remercier toutes les personnes qui  m’ont soutenu durant et après cette peine. Que les avocats, journalistes, personnalités marocaines et étrangères, associations nationales et internationales, partis politiques, députés, ou simples citoyens, veuillent trouver ici mes vifs remerciements pour leur soutien envers mon propre cas, ceux d’autres personnes désormais en liberté, toujours en détention arbitraire, ou ne sont plus parmi nous.

J’invite par ailleurs toute personne intéressée, à m’adresser sa contribution pour sa prise en charge durant la mise en ligne du présent site. (adresse: mustapha.adib@gmail.com)

Mustapha Adib
Ex-Capitaine des Forces Royales Air
(Armée de l’air au Maroc)
Ex-séquestré à la prison de Salé (Maroc) pendant deux ans et demi, sous le règne de l’actuel Roi du Maroc: Mohamed VI.

Les instances de l'ONU jugent la détention du Capitaine Adib "arbitraire" et demandent sa libération. Avocats Sans Frontiéres, assistent à la mascarade judicaire et rendent un rapport sur le "procès" du Capitaine Adib.

Communication de la Commission des Droits de l'Homme de l’Organisation des Nations Unies, adressée au gouvernement du Roi Mohamed VI, le 13 juin 2001, concernant : l'ancien capitaine Mustapha Adib. La suite...

Rapport de mission d’Avocats Sans Frontières (Bruxelles): Observaton du deuxième procès du Capitaine Mustapha Adib, Tribunal permanent des Forces Armées Royales, Rabat, du 4 au 6 octobre 2000. La suite...

Comminiqué de trois ONG mondiales dénonçant le rejet du pourvoi en cassation introduit par Mustapha Adib. Depuis sa cellule, le Capitaine Adib n'a pas cessé d'écrie aux responsables dont le Roi Mohamed VI et l'ex premier ministre socialiste Abderrahmane Youssoufi.

La Cour Suprême, la plus haute instance juridiciaire du Maroc et dont le Roi Mohamed VI est un garantl, rejette le pourvoi du Capitaine Adib. L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme et Avocats sans Frontières considèrent que la détention du Capitaine ADIB est arbitraire et demandent sa libération inconditionnelle et immédiate.
La suite...

Exemples de lettres envoyées depuis la prison. Evidemment le Roi Mohamed VI était en copie de ces lettre, et on y voit un peu de la grande naïveté de l’époque du Capitaine ADIB, qui persistait à croire à des illusions archaïques. Ces lettres étaient envoyées par voie administrative, postale, et publiées sur internet. Mohamed VI et son entourage ne peuvent pas ignorer leur existance. La suite...

Quand le roi viole les lois et  ne respecte pas les procédures, que feront alors ses proches et collaborateurs ? La presse du régime corrompu n'a pas lesiné pour s'attaquer à Mustapha Adib.

Le roi décide de ma destitution et de mon départ des FAR en se basant sur un jugement qui pourtant faisait l’objet d’un appel, violant ainsi le droit, les lois, et même la constitution, dont il est supposé être le garant. Il a fait fi du principe de l’effet suspensif de l'appel et a donc influencé sur le sort du procés au final. Aussi, un petit Général m’avait infligé une punition pour m’être rendu à une Place d’Armes au moment où une NDS signée par Mohamed VI lui même, autorise les militaires à s'y rendre sans autorisation. Ce Général était sûr que Mohamad VI avait besoin d'eux. La suite...

Au moment où tout le monde criait au scandale et à la honte concernant ma destitution et mon incarcération arbitraires, certains journaux, qui prêtent leurs plumes moyennant des chèques sous les tables, se sont attelés à essayer de justifier mes condamnations arbitraires et d'expliquer le fonctionement des armées. Ils ont claironné ma manipulation par des étrangers, mon implication même dans le trafic, l’application des mêmes jugements dans pareils cas dans toutes les démocraties et leur « grandes muettes », etc. Mr Fouad ALI EL HIMMA  est l'un des rares gens ayant profité de ces actes minables. Il figure dans la liste que je compte poursuivre pour son implication de mes détentions arbitraires, tortures, et autres crimes.